Babel de l’histoire

Oh, terrasse en plein ciel et montagnes pelées, château
en ruine, le guetteur mort de n’avoir rien vu. Et la mer.
España, el mar, route de feu, y canto, el cielo un grito,
ville immense bordée de sable. All of you, Bill mange

les touches. Valencia, les avenues, les places, l’ombre
de palmiers filiformes, de gigantesques banians, vale.
Y mucha gente, y el sol, sôzein ta phainomena, Babel.
Le trottoir carrelé de mektoub, l’enfant galope, ne l’ai

jamais rattrapé, sandales défaites, vélo volé, du sable
dans les poches, Atlantique, Méditerranée, le Détroit,
saoul de vent d’est. La cathédrale, clown, et vendeur

de poupées, un singe sur une roue à ressort, allez. Oh,
une silhouette chaloupe, ultra posse obligatur, oh oui,
j’ai soif, tu sais, et je suis là, j’arrive. Où. Légèreté, joie.

22 08 16. Inachevé 119

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s