Nudité

I
Assis sur les galets, plage déserte. Qu’il fait beau.
Partager ce paysage, oui, si apaisant. Tout là-bas
le port, des voiles en tout sens, du bleu, du blanc,
me dis-je. Enfin, serais-je de ces fous qui parlent

devant la mer, jettent des phrases à l’eau, au vent.
Au bruit des vagues, au scintillement des flots, le
soleil s’en donnant à cœur joie, se mêle un frisson
des épaules. L’impression d’être épié. Jamais seul.

À qui dire. Il aurait fallu le savoir au début. Début
de quoi. De ce double infini de l’origine, de la fin.
Lot de qui glisse entre ses doigts. Dans la barque,

un seau, de l’eau, deux poissons tournent, ivres de
hauts fonds, trop tard. En main, la palangrotte. Le
fil coupe l’eau, se tend. C’est l’autre, il tire, tire, oh.

II
J’ai rejoint les rochers, où des pêcheurs installent
leurs cannes. Que faire, dans le seau, sinon virer,
croiser l’autre, étonné, hébété dans le cercle mou.
Sentir au bout des doigts le tremblement fin de la

vie menacée, un reflet d’argent, pas un cri, l’autre
ne crie jamais. Il se débat, oh, la bouche arrachée.
Hors de l’eau, le soleil brûle, le ciel est vide. Jeté
dans l’eau du seau, on se frôle, avec l’autre, on se

touche, on s’évite en vain. Le voyage commence.
Manque d’eau libre, d’algues, de sable frais, d’air,
on ne colle même pas à cet autre qui tourne si près,

de l’autre côté. Un rien nous sépare, un carreau, et
je tape au carreau, opaque, toujours du même côté.
L’autre ne tape pas, me suit, m’épie. Oh. Moi aussi.

III
Se tourner, oui, vers qui. Être à côté sans pouvoir se
tourner, tu sais. Immuable il passe, m’ignore. Il n’est
rien, sans moi. Silhouette au loin. Les regards perdus
s’estompent. Incessant remous d’un sillage, incertain,

au-dessus des grands fonds. Abysses. La pleine mer
est ailleurs. Le seau est si étroit, si profond, un puits
d’eau noire. La lumière change, les pêcheurs, partis.
Le soleil a atterri à New York. Je reprends le chemin,

mon ombre s’étire sur les galets, se perd dans l’eau.
Jamais seul, sans toi. Dérisoire bastingage intérieur.
Autour, des personnages, un enfant avec son ballon,

deux femmes à l’ombre, se parlent. Un seau chacun,
son double, son corps. L’autre tourne, me voit, il est
la nudité, soi. Il y a un autre autre, ailleurs. Où es-tu.

10 08 16. Inachevé 106

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s