Le patio

Je ne voulais pas attendre. Oui, attendre est vain.
Espérer, autant boucher une source avec de l’eau.
Mais une porte s’est ouverte, enfin, je ne sais plus,
j’ai tourné la tête. Peur archaïque du miroir de l’or

du soir. Enfant, tout reflet m’inquiétait, le visage
de biais, me voir sans être vu, mais là, cette porte.
Une fable naissait, un patio brillait, une présence
entrevue, belle et élégante. Je me suis précipité.

Je n’ai pas compris, fermée. Sans bruit, le vent, oh
non, impossible. Une voix, lointaine et douce. J’ai
dû rêver, j’aime rêver. Je vole, c’est ridicule, je n’y

peux rien. Enfant je n’atterrissais pas. Maintenant,
tu sais, la porte est restée fermée. Longtemps, j’ai
attendu, mon cœur battait. Encore, oh, à se briser.

30 07 16. Inachevé 89

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s