Le rôle

Figé d’un bloc tout est là, marbre de Carrare,
pénombre de la chambre, un temple du vide.
Respirer m’est un temps devenu impossible.
À terre, drap livre oreiller, champ de bataille.

Un rêve parfois me brise, habité de remous,
colère et joie mêlées jettent le corps éreinté,
désaffecté, dans un torrent de cailloux noirs.
Métaphysique des profondeurs, se rejoindre,

plonger, attendre, aimer. Je me suis réveillé,
pour jouer sans plus croire. Un automatisme
de la foi écorchée. Dans la loge, s’apaiser, et

jouer son rôle, costume de scène en peau nue.
Être vu, se cacher, dire tout, le reste n’est rien.
Et là tu sais, rire, flâner dans les rues, chanter.

25 07 16. Inachevé 77

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s