Pompéi

Quel vertige, pensant à Pompéi, sous terre le ventre
vibre et brûle, il est le feu, la vie, non, avant, la vie.
Elle est plus au fond, elle attend. Elle est le silence
et va jaillir du feu et s’en nourrir, le ranimer, l’aimer.

Sortir du feu, parler. Mais je n’ai pu retenir des mots
l’effondrement, puis la coulée incendiaire et le goût
salé de la mer, qui vient du ventre aussi, la houle des
yeux, arrimé à une ombre en cendres, libre. Au cœur

d’un puits de lumière crue, et de plein fouet des mots
épars, William, l’amour n’est pas le fou du Temps, oh.
Et Pompéi sous tant d’amour, forêts inconnues sur ta

peau. Se frayer un chemin jusqu’à l’absence à l’infini,
reflet de tout chemin, apaiser la douleur des hommes.
Premiers amants, premières joies, tu sais, ciel à venir.

21 07 16. Inachevé 70

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s