Proche, lointain

De la realidad, lejana, extraña, quizas mí. Naked
inside, and sun inside, even when it’s a rainy day.
De l’orbe matinal surgit l’obscurité du jour, puits
des violences faites à la vie, fomentées toute nuit.

De la lumière, scruter l’écho. Le gravier craque et
le chemin fuit au loin. Je suis là, ici, où. Au cœur
de l’orbe, luit ce qui m’échappe. Si profond. Et si
haut que Thalès est tombé, la pierre blesse le pied.

Le proche, le lointain sont liés. J’entends ton rire.
La beauté éclaire le puits du silence, et les langues
chantent l’absence, le temps, la brûlure des corps.

Courage. Parle. Il est sec, le sol où tu ne marches
pas. Abandon et dévastation, ton œuvre, ta ruine.
Sauras-tu jamais dans le repli t’ouvrir sur l’autre.

17 07 16. Inachevé 66

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s