Le fil

Courir, mourir, toujours courir, après quoi. Toi,
rien. Les lignes de fuite m’emportent. Tomber,
se relever, où était-ce déjà. L’espace est fourbu,
si le fil s’use, si le fil se rompt, effiloché il pend.

Reprendre tout ça, allez. Courir, oui mais bobine
à terre, elle roule, se dévide à l’infini. Suivre tes
pas, j’y crois. Dessiner un visage, le ciel. Ne plus
croire que ceci ou cela, fini, en ceci, cela. C’était

quand. Voir. Un bateau passe, majestueux, glisse,
indifférent, lointain, des mains s’agitent, un quai,
des mouchoirs. Oh, tu ne vas pas pleurer, non, il

part, il revient, la nuit tombe. Dans le grand salon,
l’orchestre joue. Tous ces morts, où, ne ferme pas
les yeux. La sirène hurle, il part, il revient, revient.

15 07 16. Inachevé 64

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s