La nudité des choses

De la nudité des choses, de leur étrange pauvreté.
Énigme inattendue. En éprouver la fragile solitude,
sans aucun vis-à-vis. Mais la lumière, indiscrète,
donne au corps sa texture. Sans regard sur lequel

se poser, pour apaiser les ombres. Être là et briller
au cœur d’un tout inachevé, une frange inchoative.
De l’intérieur, laisser advenir la puissance du vide,
l’explication avec le monde, et la réminiscence de

frôlements extatiques, divins. Appeler, en silence,
d’une autre peau l’appel. Accueillir l’entrelacs des
couleurs, la timidité des images qui ne demandent

rien, s’offrent à qui voit, tu sais, sans les décacheter,
selon Rodin. Au bord du gouffre de l’excès, se tenir,
saisir des choses la nudité, l’écho de notre présence.

10 07 16. Inachevé 55

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s