La science du ciel

Science du ciel et des présages. À quoi bon, que faire
de tant de savoir, si le choix est interdit, d’aller par ce
chemin, par tel autre. N’ai-je pas assez de ce figuier, là,
de ce palmier, de ces maisons, de cette fenêtre où pend

une nappe à motif africain. Oh, le vent soulève la jupe
d’un mystère. Dessous, esquissée, notre vie, et la forêt
de nos désirs, de nos doutes, de nos souffrances niées,
de nos joies tues. Demain n’est pas écrit. Il se chantera.

On aura beau chercher les mots, la mélodie, il faudra
les créer sur le moment. Les présages ne doivent rien
aux oiseaux. Voler leur tient lieu de destin. Ce matin,

les martinets volent bas. Le ciel est lourd à porter. Quel
bonheur. La tragédie nous fait ce que nous sommes, si
nous l’écrivons. Sinon les oiseaux ramperaient encore.

07 07 16. Inachevé 50

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s