La flamme noire

Ne rien voir venir, ou s’en aller. Le vide est là,
se creuse, secret, à l’insu des projets. Les naïfs
regards papillonnent, ils s’y croient, ont raison.
Un souffle, une ombre, au mur plus un tableau.

Aux arbres, feuilles à terre. La montagne, fendue
en deux. Un rien. Après coup, on tricote. Prendre,
et dire oui, dans l’épaisseur de l’écorce de chêne,
des tempêtes, des orages, des ciels bleus. C’est si

beau. Regard léger, pour qui aime. Aimant, pour
qui est léger. La petite reine se confie rougit pâlit.
Le corps tremble, je sais. Les sens jouent à colin-

maillard. Un bandeau, un loup de carnaval. Jouer,
se cacher, se rattraper. Phèdre est un bloc, flamme
noire. Nous irons à Venise une autre fois. Plus rien.

07 07 16. Inachevé 51

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s