Faire face

Faire face, oh oui. La fuite est pire que tout. Laisser
aller ce qui tremble, défaillir et mourir. Nous avons
mille morts, autant de vies. L’instant est vulnérable.
Alors face, à tout prix, mais à quoi, si tout, devant,

autour, tout est là, que jamais l’on n’épuise. Nulle
part où se présenter, sans avoir derrière soi, l’autre
tu, l’autre caché, en soi le vide. Je cherche tes yeux,
pour dire je suis dessous, je fais signe, ne vois rien.

De toi, si peu. Encore, encore, belle, te voyant, je me
découvre nu. Crime et amour, étonnement, bonheur,
tout est dedans, à l’abri. L’œil se tient au bord. Ciel,

forêt hantée, grand magasin, jungle. Le trottoir défile
sous mes pieds, terre dessous. Caïn est prisonnier de
l’œil. Mais non, rions. Faire face, et caresser ta main.

06 07 16. Inachevé 46

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s