Le reflet

Un rien suffit, pour que je ne comprenne plus
rien, à rien. Je m’égare, poisson hors de l’eau,
cherchant son reflet dans le ciel de tes yeux,
jetant à la fenêtre un regard, sur les martinets.

Ils crient tant et plus, provoquant des remous
bleutés, où moustiques et moucherons, rêves
et projets, sont happés par leurs voraces becs.
De tes yeux, il ne reste que l’insondable puits,

tes pupilles, éclatantes de malice et de gaieté,
hélas aussi noires qu’émouvantes. Entrevues,
déjà perdues. Du reflet, dessin ferait l’affaire.

Il n’y a d’autre à voir que profonde apparence.
Prendre un pinceau japonais, couvrir l’espace
d’une joie matinale, nager vers un rêve inconnu.

01 07 16. Inachevé 36

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s