L’acteur

Lever la tête, seul en scène, sans aucun texte à
dire. Mots absents, mains évanouies. Être face
au vent, noir, blanc, rouge du désert, affronter
la maladie, le gouffre, sinon exister serait vain.

Marcher dans la forêt, frissonner. Voir une allée
ombragée. Statues de Dédale, belles, pressées
de fuir. Soi-même en chemin, rêveur, maladroit.
Rien n’est grave, sauf le refus d’accueillir, la peur.

La joie, l’amour. Tomber tête haute, ne pas tomber.
Pleurer, non sur soi, horreur. Commémorer la vie,
prêt à rire. Fleur de peau, l’étonnement sort l’univers

du vide, éclaire la nuit. Catharsis de poche, miasmes
de la folie, cris, larmes. Toujours être léger, embrasser
l’été, flâner, oh, rues fleuries, le monde est un théâtre.

29 06 16. Inachevé 35

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s