Affronter

Corps abandonné. Profondeur des blessures.
Tourner les talons. Une bonne fois s’en aller.
Jeter la vaisselle sale par la fenêtre, les draps
fripés, les nuits d’attente, les mots inaudibles.

Misère du corps, âme égarée, grand sac de peau,
où. Porte ouverte sur soi, oui, mais tourner le dos
aux ruines du cher moi. Laisser être. Janus bifrons
au placard. Pas de guerre. De Gygès, l’anneau jeté

en mer. Aucun but malin. Le seul, créer, enfin,
tenter. Visible, libre et transparent, soulagé de
toutes les peines. Consolé. Te voyant, affronter

monde et regards, dans l’innocence des premiers
pas. Prendre la joie par surprise, lumineuse. Être
étonné. Silencieux. Ne pas revenir. Jamais. Oh.

21 06 16. Inachevé 29

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s