L’écho

Il suffit d’un volet battu, par le vent de mer.
Déserte à l’infini, une plage de sable, tandis
qu’un avion, hésitant, coupe le ciel en deux.
Surgit, sans crier gare, un monde évaporé,

la brûlure vive. Elle ne dure pas. Le reflet
s’anime, danse au cœur de la nuit, joyeux.
Souffles intimes et mélodie des caresses,
soleil des matins frais et paroles inouïes,

tissent un avenir ruiné. D’un visage seul
émane cet écho, saisi au vol d’un regard,
les mots désarçonnés, face au vertige du

silence abyssal. C’est une question de vie,
de mort. Et il arrive qu’après avoir vu ce
visage, tu le sais, on n’en revienne jamais.

17 06 16. Inachevé 25

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s