Un chien aboie

L’appartement est silencieux. Oh, un chien
dans un jardin aboie. Et si loin que l’espace
est dilaté. Tendant l’oreille, il y a des voix.
Un homme, une femme répond. J’entends

des mots, aucun doute. Le frigo, tout d’un
coup, ronronne. La femme parle toujours.
Posée. Plus rien. Si je parlais et si je criais,
m’entendraient-ils. Arrêteraient-ils de tisser

leurs vies avec des qui, des quoi, comment,
pourquoi. Vite, surtout pas le vide. Ne pas
tomber. Aujourd’hui, chaleur insupportable.
Et il dit, Un jour, écouter à la porte, le trou

de la serrure, le cœur battant. Il n’a rien vu.
Silence. La nuit enfin les libère. Moi jamais.
Oh, petit oui. Je montais sur le tabouret bleu.
Mon œil pleurait. Un pied, un dos, des riens.

Vie secrète, cachée, corps happés par le vide,
tombent enlacés. Moi, enlacé, enfant, jamais.
D’y penser. Le courant d’air claque la porte.
Je sursaute, parlais, me suis entendu, n’étais

pas seul. La folie me guette. Arrête. Si on est
seul, on est seul. Oui, pas totalement. Un rien
et. Le chien est énervé. Un chat, un rat. La nuit
dernière, deux heures, fou. Aboiement bizarre,

calme, têtu. Petit arrêt et il remettait ça. La nuit
était immense. Dans le lit. La rue était immobile.
Et il recommençait. Un type a gueulé, quel con.
Là, plus aucune voix. Il fait noir. Mais demain,

il va faire chaud, paraît-il. J’allume, histoire de.
Pour l’ombre. Ah, je ne t’ai pas dit, je vais partir.
Je n’en peux plus. Mais j’aime bien les départs.
Surtout la veille. M’entends-tu. Le chien aboie.

06 05 16. Épiphanies 91

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s