Les fontaines chantent

Les fontaines chantent à l’ombre des citronniers,
des cyprès, des orangers, des jasmins, des rosiers.
Des enfants jouent aux osselets, vertèbres d’agneau.
D’une main. Un petit tas serré à terre, une en l’air.

Les yeux sont rivés à la petite mort, rieurs. L’enfer,
ou le paradis. Il faut risquer sa vie pour le savoir.
Dans le jardin, la chaleur emprisonne les insectes,
et partout l’eau coule. Les abeilles sondent le puits

des fleurs. Les papillons luttent avec le soleil blanc.
Une libellule se pose sur un muret ocre. Le diamant
de ses ailes lance des éclats, et les clochettes d’eau
sortent de la bouche d’animaux égarés, au-dessus

de vasques où des têtards vibrionnent gaiement,
entre des touffes de mousse. Les gouttes forment
un troupeau éparpillé dans la dentelle des allées
secrètes. L’air diffuse une fraîcheur sonore. Je lève

les yeux du livre d’images. J’ai froid. Dans la rue,
une pluie fine transperce les passants, les vélos.
Le café est bondé, les chocolats fument. Irons-nous
en Andalousie, ma vue se brouille, à l’Alhambra.

Un pneu crie. Une voiture a rendu folle une flaque.
La vague submerge les tables, la cour des Myrthes
et les douze Lions, fleuves de lait, de miel, d’eau,
de vin. Le ciel tonne au loin, Grenade nous attend.

20 04 16. Épiphanies 70

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s