Les algues rouges

Douce aridité crayeuse des galets polis
par le hasard des voyages, sable mêlé
de coques et de couteaux vides. Il crisse
sous le pied nu, tandis qu’au loin, derrière

les dunes coiffées d’oyats malmenés par
les vents, et de pins triturés par la sève,
la ville est éventrée par la folie, les cris,
la haine et l’horreur, à terre est le sang.

Les visages de tragédie antique brûlent.
La grande marée dépose, sur le littoral
millénaire, des lambeaux d’algues rouges
piquées de fissurelles, les sirènes hurlent.

Oreilles de Saint Pierre, éclats de mâts et
de cageots, bouts de cordages dilacérés,
mêlés aux corps meurtris, déchiquetés,
gorgés de souvenirs et du sel de la vie.

Échos de violence au milieu des rochers,
tandis que l’océan abrite l’avenir. Il lève
les yeux, mouettes et goélands pétrifiés,
et à l’horizon, un cargo d’âmes errantes.

22 03 16. Épiphanies 43

Publicités

2 réflexions sur “Les algues rouges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s