Humour du hanneton

Humour du hanneton, sous ses élytres
il cache des ailes d’ange, se rit du vent
de sable, prêt, au moindre rayon, à déployer
sa transparence et s’envoler, tel est l’être.

Vent fort sur les dunes, îles envolées
ou noyées, l’être s’agrippe au sable et
rejoint les hauts-fonds, merveilleuses
histoires de son enfance mâchonnée.

Parfum de résine, tapis d’aiguilles,
à l’ombre des canisses, blanchi de sel,
se tient l’être, jour finissant, soleil de
cuivre, au bord des lèvres entrouvertes.

Il arrive qu’en deux trois secondes,
un écho de joie, en l’être éparpillée,
fasse trembler les subtiles feuilles
des peupliers, ivres d’amour.

Surgit enfin de derrière le rideau,
un ballet d’innocents leurres, carnaval
de papillons, en papier ruminé dont
l’être fait ripaille, la nuit va commencer.

04 03 16. Épiphanies 16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s