En plein soleil…

En plein soleil, sous la pluie, bâtir de sable
un château, sur une plage d’aiguilles cassées,
affichant un sourire de carnaval peinturluré,
mais non, les dieux n’existent pas, qui croire.

Douce aridité, cailloux polis, voyageur nu,
de l’écume glisse et crépite, il scrute le ciel,
naïf combat, nulle plaie du temps ne guérit,
il s’habille à la hâte pour rejoindre ses rêves.

Tandis que batifolent les rumeurs de la cité,
sur la grève, la marée dépose algues rouges,
coques pâles, bois flotté, filets et cageots,
il marche entre les rochers, traque l’horizon.

C’est à peine si l’eau baigne ses pieds, lame
translucide caressant les galets, il se dresse,
à ses chevilles la feuille liquide et fraîche,
il entre dans la ville, qui croire, le sais-tu.

06 03 16. Épiphanies 19 (wip)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s