Dans la rue

Je suis dans la rue comme si j’allais ne sais où,
le pas ferme, voie ferrée, je rejoins l’avenue,
personne ne se doute, enfin, que j’évite les rues
menant au Canal, au pont, à la rue en pente,

au 12, à l’escalier C, à la porte, espoir émietté,
il me semble que tout le monde fait de même,
c’est idiot, pourvu que nous n’arrivions jamais,
ce serait terrible, je vais donc quelque part,

c’est certain, cet enfant, là, il sautille, court,
ce couple, habillé d’éclats de rire, ces yeux,
sous les guirlandes tendues entre les balcons,
de part et d’autre de l’avenue, oh, eux aussi,

nous y allons, l’air est frais, un air d’inconnu,
j’en fais toute une histoire, un visage a disparu
à l’angle, dilué dans une vitrine bleue, l’univers
est merveilleux, lumières et vêtements de fête,

ou un reflet de sourire, une musique à l’infini,
il y a une foule compacte, je m’y engouffre,
l’avenue est étrangement longue, une vie,
oh, statues et lampadaires pleurent de joie.

03 03 16. Épiphanies 9 (wip)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s