Ville en plein vol…

Ville en plein vol traversée de lumière nacrée,
places, bruyantes avenues de macadam en feu,
tu marches loin de tout, et tu lances au soleil
des regards asséchés par le désert du vent.

La musique de tes pas se perd nul ne sait où,
sinon qu’en un lieu clos, patients et immobiles,
tes vêtements, tes livres, tes bibelots t’attendent,
et tes montres cassées, tes albums de photos,

tes ombres d’hier et de demain t’attendent,
et ton lit, ton fauteuil, ta lampe de papier,
les murmures, les rires cristallins, et la nuit.
Falaises d’immeubles, magasins de fourmis,

les terrasses riantes te chassent, vers le
capharnaüm de tes rêves, déjà sur la table
tes grandes mains pianotent, mais l’oiseau
dans sa cage d’océan chante à tue-tête.

Tu te mets à courir si pressé de t’asseoir,
de te taire, d’entendre derrière la porte
tes pas dans l’escalier et ton souffle coupé,
de laisser être enfin ton envie de t’enfuir.

29 02 16. Épiphanies 6 (wip)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s