Feuille de frêne

Feuille de frêne prenant appui sur l’air,
s’étonne, sous un ciel de charbon, hésite,
merle ou tourterelle affolée,
un souffle d’aile la fait trembler,

l’emporte, la voici libre de tomber,
un visage au carreau écrasé,
regard absent, suit l’ascension niée,
pourquoi suis-je là je n’attends plus,

et toi si frêle, une vitre à casser,
je te recueille dans ma main
et tout prend vie,
nous volons par le monde,

les orages n’y peuvent rien,
nous filons au-dessus des champs,
des maisons creuses,
nous faisons rire les oiseaux,

le visage blêmit, les yeux fixent au loin
la feuille en allée sur un toit tout là-bas,
mais une pluie d’aiguilles glacées,
la feuille transpercée glisse

se tord et crie,
est-ce un autre visage,
vacarme des gouttières crevées,
visage perdu bouche immense,

pourquoi suis-je là je n’attends plus,
cherche l’air, la vitre liquéfiée
coule au fond de sa gorge,
le vent tourbillonnant chasse

de sa mémoire,
les oiseaux, la forêt,
le fleuve et les nuages,
l’autre visage est nu.

25 02 16 Épiphanies 3 (wip)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s